close

Comment savoir si SCI IR ou IS ?

Lors de la création d’un SCI, les partenaires doivent choisir le régime fiscal auquel l’entreprise est soumise au cours de sa vie sociale. En principe, l’IBS est légalement régi par l’APN. On dit qu’il est transparent. Toutefois, il peut choisir d’être imposé à l’IS. Mais quelle est la meilleure option de contrôle pour IBS ? IR ou IS ? Les détails

Le SCI est assujetti à la RI ou à l’impôt sur le revenu : comment se passe-t-il ?

Choisir le RI pour votre IBS présente de nombreux avantages, y compris la transparence fiscale, la possibilité de réduire la performance des déficits et l’imposition des plus-values.

A voir aussi : Pourquoi créer une sci immobilière ?

Transparence fiscale

Conformément à l’article 1655 du Code général des impôts, un SCI a une transparence fiscale dans le cadre du régime IR. En général, ce sont les associés qui, selon leur part de la société dans la catégorie des revenus, ont déplacé le capital et au taux d’intérêt progressif de la société. L’APN. En outre, le revenu foncier est également soumis à des charges sociales de 17,2 %. Le SCI n’est donc pas directement imposé sur les bénéfices qu’elle génère et les plus-values provenant de la vente de biens immobiliers.

A voir aussi : Comment retrouver un acte notarié immobilier ?

  • Les partenaires SCI facturés à NI peuvent déduire certains frais, tels que les intérêts sur les emprunts, les réparations de main-d’œuvre, les assurances, les taxes, etc.
  • Les dividendes sont assujettis à la PFU (Somme forfaitaire) ou à l’impôt forfaitaire de 30 % et s’ils sont effectivement distribués aux associés ou placés en réserve.

La comptabilisation des déficits fonciers

Si les charges dépassent le revenu foncier, le solde est négatif, ce qui signifie qu’il y a un déficit foncier. Dans ce cas, le partenaire peut être exonéré du traitement fiscal conformément à l’article 156 du Code général des impôts, mais sous certaines conditions. conditions.

  • Le déficit foncier peut être déduit du revenu brut total jusqu’à concurrence de 10 700 euros par an.
  • Le déficit est reporté aux revenus fonciers pour les dix prochaines années.

Imposition des gains en capital

Les plus-values sur les transferts de propriété sont imposées par l’IR au taux de 19 % et sont soumises à des cotisations de sécurité sociale de 17,2 %. Une réduction graduelle s’applique aux gains en capital de la 6e année de propriété. A partir de la 22e année de la société holding, les revenus de placement sont exonérés de l’impôt sur le revenu. Toutefois, les charges sociales restent dues. A partir de la 30e année de la société holding, les plus-values sont exonérées de l’impôt et des cotisations de sécurité sociale.

Veuillez noter que si le gain en capital imposable après déduction dépasse 50 000€, dont le taux varie entre 0 % et 6 %.

Si le bien vendu est la résidence principale d’un associé, le gain en capital est complètement exonéré d’impôt.

Le SCI en vertu de la SI

Le choix du régime des SI relève de la décision des partenaires du SCI, à l’exception des sociétés immobilières civiles qui ont un but commercial. Celles-ci sont en effet imposées directement à l’Etat islamique. Dans ce cas, ils doivent soumettre une déclaration au service fiscal dont le SCI est responsable. Cette option est irrévocable tout au long de la durée de vie du SCI. Il est donc important de peser les avantages et les inconvénients avant de prendre cette décision.

L’ impôt sur le revenu des sociétés impose la SCI directement sur ses bénéfices et plus-values à un taux fixe de 28 % ou 31 %, quel que soit le résultat. En ce qui concerne les associés, ils sont imposés sur les dividendes distribués. Les petites structures peuvent bénéficier d’un taux d’intérêt réduit de 15% dans le niveau de profit inférieur à 38 120 euros, mais dans certaines circonstances Conditions :

  • Le capital est entièrement donné.
  • Le CVC est inférieur à 7,63 millions d’euros.
  • Les trois quarts du capital sont détenus par des personnes physiques.

L’ impôt sur les sociétés est imposé deux fois aux associés : une fois sur le bénéfice imposable (certaines dépenses sont déductibles, telles que le prix d’achat des immeubles, les honoraires d’agence, les honoraires de notaire, les frais de gestion, la rémunération et les dépréciations du gérant) et une deuxième fois sur les dividendes distribués.

Les partenaires disposent de deux options pour l’imposition des dividendes : le niveau progressif de l’IR après une réduction de 40% et les prélèvements sociaux de 17,2 % ou un taux forfaitaire unique de 30%.

En cas de déficit, le déficit n’est pas lié au revenu imposable de chaque associé. D’autre part, il est reporté aux exercices suivants.

Application de la règle pour gains en capital professionnels

Les gains en capital sont calculés à partir de la valeur d’achat du bien après déduction de l’amortissement. Ainsi, tous les avantages fiscaux découlant de l’amortissement sont imposés immédiatement au moment de la disposition de la propriété. Ces bénéfices sont imposés au taux normal de l’Etat islamique à 28%, avec un taux réduit de 15% pour les premiers 38,120€.

Les plus-values provenant de la vente de biens immobiliers s’ajoutent aux revenus perçus, qui sont imposables pour l’Etat islamique. En d’autres termes, la fiscalité peut être importante, car le revenu d’investissement d’un CII sur ISIS est plus élevé que élevé. Veuillez noter que si le SCI accepte de conserver les biens, titres ou droits pour une période de 5 ans, ils seront imposés au taux forfaitaire actuel de 19 %.

Malgré cela, les partenaires ont droit à une rémunération, qui dépend de la durée de la détention du bien.

  • A 50% réduction entre 2 et 8 ans d’emprisonnement.
  • Une allocation de 65 % si la détention dépasse 8 ans.

Sur la base de ces résultats, il est vrai qu’un IBS NI convient aux petits projets, alors qu’un SI est toujours intéressant pour les projets de grande envergure.