Doctolib : Comment prendre rendez-vous en ligne

De nombreuses plateformes offrent leurs services aux médecins et à leurs patients. Nous avons demandé à environ 15 sites au moyen d’un questionnaire de préparer la carte d’identité pour chacun d’eux.

L’ enquête URPS, aussi détaillée qu’elle soit, exclut de sa grille d’analyse les critères relatifs à l’utilisation de ces plateformes par les patients. Cela n’est pas anormal puisque cette étude visait à répondre aux questions plus précises des professionnels de la santé. Toutefois, la qualité intrinsèque du service offert, l’ergonomie du site ou le niveau de détail et de fiabilité des informations qu’il contient n’ont pas été contestées par ses auteurs.

A voir aussi : 5 questions à se poser avant de s'associer

Combien de médecins ont rejoint le service ? Qui est derrière la plateforme ? Quelle est la politique du site en matière de gestion des données des patients ? Sur les quinze acteurs demandés, huit ont accepté de répondre plus ou moins en détail à nos questions. Nous nous sommes appuyés sur ces réponses pour évaluer leur intérêt en créant évidemment un compte pour chacune d’entre elles et en testant leurs caractéristiques nous-mêmes.

Peu de plateformes sont d’intérêt

La moitié des plateformes demandées (Doctor Rendez-Vous, GPS Santé, RendezVousFacile.com et RDV-MED) n’ont guère d’intérêt à faciliter la recherche d’un créneau horaire rapidement disponible pour un praticien pour prendre rendez-vous médical. Le problème principal est le faible nombre de praticiens qui se sont joints. Comment pouvons-nous offrir un service de prise de rendez-vous en ligne avec seulement quelques dizaines de médecins généralistes référencés dans toute la France ?

A lire en complément : Ce qu’il faut vérifier avant de prendre le volant

GPS Santé et RendezVousFacile.com ont une masse critique plus élevée de praticiens, mais ce qui nous semble insuffisant. Ces deux outils n’ont pas autrement pas nous convaincre d’utiliser. Sur GPS Santé, il n’est même pas possible de rechercher par ville. Pratique…

Quant à la plateforme RendezVousFacile.com, l’utilisateur doit entrer le nom du médecin qu’il souhaite consulter. La prise de rendez-vous en ligne perd une grande partie de son intérêt si elle est limitée aux praticiens connus de l’utilisateur.

Un acteur se distingue clairement

Sur ces 4 plateformes, une seule (Doctor Rendez-Vous) a également prévu d’héberger des données de santé avec un acteur agréé. Bref, rien ne vous empêche d’utiliser l’un de ces outils, mais si votre recherche est de trouver un rendez-vous rapidement près de chez vous… c’est surtout une déception qui risque d’être là.

Un service digne du nom devrait permettre au patient de choisir, en fonction de son emplacement, parmi un éventail suffisamment large de professionnels de la santé avec, pour chacun d’eux, en plus de leur disponibilité, la possibilité d’accéder à des informations à leur sujet. En un clic, l’utilisateur doit être en mesure de réserver la fente qui lui intéresse. Allodocteur, Docavenue, Doctolib et KelDoc offrent toutes ces fonctionnalités.

La différence entre les différentes plateformes réside dans la qualité de l’information disponible sur chaque carte et, encore une fois, dans le nombre de praticiens qui ont rejoint le service. Sur ces deux critères, il convient de noter que Doctolib est un un pas en avant sérieux. Malgré la qualité des plateformes Docavenue et KelDoc, la prise de rendez-vous en ligne est limitée à une grande proportion de professionnels de la santé.

Le cas particulier du site Allodocteur

Sur KelDoc, par exemple, aucun ophtalmologiste n’offre de rendez-vous en ligne à Ille-et-Vilaine ou en Loire-Atlantique. A noter que, de la même manière que AlloDocteur et Doctolib, ces deux plateformes offrent un accès à tous les professionnels sur leur site même s’ils n’ont pas rejoint le service. Cela signifie que l’utilisateur a au moins un annuaire téléphonique complet.

La plateforme Allodocteur vous permet également de trouver tous les praticiens et d’enregistrer vos demandes de rendez-vous. Précision néanmoins : seuls les médecins affiliés à la plateforme disposent d’un calendrier accessible via ce site (son directeur a refusé de nous donner le nombre de praticiens en question, éd.).

Pour les médecins qui ne sont pas affiliés, le site renvoie l’utilisateur aux pages dédiées d’autres plateformes auxquelles ils peuvent s’être abonné. En fait, parmi les tests que nous avons effectués sur ce site, nous avons été renvoyés à Doctolib plusieurs fois. Et si le praticien n’adhère à aucun service, « les agents communiquent avec les médecins demandés pour obtenir un rendez-vous », lit sur le site. Cependant, l’expérience utilisateur sur AlloDocteur est beaucoup moins fluide que sur les trois autres plateformes.

DOCTOLIB EN CORDÉE PREMIER « Nous consolidons notre position de leader en Europe et enrichissons les services que nous offrons aux patients et aux praticiens. » Ainsi, Stanislas Niox-Château, co-fondateur de Doctolib, s’est exprimé après l’annonce de l’acquisition de Mondocteur auprès du groupe média Lagardère cet été (d’où l’absence de cette plateforme panel que nous avons projetée). Coût de l’opération : entre 45 et 50 millions d’euros, écrit le quotidien Le Monde dans ses colonnes. Ensemble, les deux entreprises réunissent 60 000 professionnels de la santé libéraux et 1 000 établissements de santé pour un total de 600 employés. Chaque mois, le site s’enorgueillit d’environ 20 millions de visites.

Un monopole qui ne dit pas son nom

Une autre réserve concernant ce site est que les données de santé de ses utilisateurs ne sont pas traitées par un fournisseur de soins de santé agréé. À notre avis, cela suffit pour ne pas recommander son utilisation.

Nous résumons : sur 15 acteurs interrogés, 8 ont répondu. Parmi ceux-ci, seulement 4 offrent un service capable de répondre efficacement aux attentes les plus courantes des internautes utilisant ce type de plateforme : pouvoir réserver rapidement un rendez-vous médical. Parmi eux, un seul a réussi à fédérer suffisamment de professionnels. Avec l’acquisition de Mondocteur cet été (voir encadré ci-dessus), numéro 2 du secteur, Doctolib a absorbé 15 000 professionnels supplémentaires. Que tuer la concurrence ?

L’ URPS attire l’attention de ses lecteurs sur ce point spécifique : « Il doit y avoir une concurrence continue sur ce marché pour s’assurer qu’il ne semble pas un pouvoir exorbitant qui puisse peser seul dans le évolution de l’organisation de l’accès aux soins. » Il semble, cependant, que nous prenons le chemin…

Retrouvez les autres articles de notre Dossier sur les plateformes de prise de rendez-vous médicaux en ligne :

  • Comment ça marche ?
  • Cet outil pratique est-il vraiment éthique ?
  • Prendre un rendez-vous en ligne, et quoi après ?

Tag : PassezLinfo

Catégories de l'article :
Auto